Quoi de neuf pour la marque France ?

18 03 2010

Selon un sondage réalisé en février auprès des Français par Viavoice pour le compte de l’agence W&Cie, la marque France peine à exister dans la vie économique.

Denis Gancel, président de W&Cie nous explique ce phénomène dans une vidéo réalisée par Cécile Auguste pour Newzy.

Publicités




Le lancement de la troisième saison de « Paris vous sourit », ou comment travailler l’image de l’accueil touristique en France

29 05 2009

Paris vous sourit1« L’accueil en France est catastrophique : des serveurs désagréables, des conducteurs de taxis odieux, des habitants indifférents… » : telle est l’image pénalisante, qui n’est pas qu’un cliché, qu’ont les touristes étrangers de l’hospitalité française, notamment dans sa capitale.
Soucieuse de redorer son image, la Ville de Paris a lancé le 4 mai, à travers son office de tourisme et pour la troisième année, une opération baptisée « Paris vous sourit / Paris smiles for you ».
Celle-ci prévoit l’ouverture des kiosques des Ambassadeurs de l’accueil de Notre-Dame, Champs-Élysées Clemenceau, Bastille, Hôtel de Ville, Trocadéro et Paris Plage. Ainsi, jusqu’à fin septembre, une trentaine de jeunes ambassadeurs multilingues investiront six kiosques d’accueil, implantés sur les sites les plus fréquentés des visiteurs pour les informer et les orienter.

« Paris vous sourit », c’est aussi une sélection de promenades pour découvrir ou redécouvrir la capitale – Paris mythique, Paris monumental, Paris tendance, Paris Seine, Paris populaire – immortalisées par un concours photo organisé en Paris vous sourit2partenariat avec l’agence VU. Un amusant quiz sur Paris disponible sur le site complète cette offre, ainsi qu’un agenda des sorties.
Temps fort de l’opération, la Fête du Tourisme qui se déroulera du 10 au 13 juillet 2009. Au programme : animations, balades originales, offres promotionnelles, etc.
Gageons que ces initiatives de proximité, inventives et ludiques, redoreront l’image de la capitale et amélioreront durablement l’attractivité du territoire parisien.





Les signes perceptibles du territoire

27 05 2009

mathieu_guidereInterview de Mathieu Guidère, professeur à l’université de Genève, spécialiste des systèmes de représentation.

La sémiotique comparée des territoires peut elle être un outil de « différenciation » pour les territoires ?
M.G. la sémiotique comparée des territoires, également appelée « sémiotique interculturelle », s’attache à étudier les signes qui font sens entre les cultures, que ce soit par analogie ou par opposition. Cette sémiotique s’intéresse particulièrement aux valeurs connotatives attachées aux territoires dans chaque culture: masculin, féminin; fermé, ouvert; triste, joyeux; beau, laid; raffiné, vulgaire; sacré, profane, etc. De ce point de vue, la sémiotique comparée peut servir d’outil de différenciation parce qu’elle permet de révéler précisément l’image ethno- ou bien socio-culturelle qui distingue un territoire par rapport à un ou plusieurs autres territoires.

Comment peut-on dégager les signes qui font sens sur un territoire et qui forment son identité ?
M.G. Dans le cadre de la sémiotique comparée ou interculturelle, les signes attachés à un territoire dépendent de deux éléments principaux: la source (le territoire considéré) et la cible (le public qui perçoit ce territoire). Autrement dit, les signes qui font sens sur un territoire se trouvent dans l’interaction entre représentation (du territoire) et perception (de ce même territoire).

Que pensez vous des « mises en marque » des territoires ?
M.G. Les territoires ne sont pas un objet neutre ni purement instrumental. Ils sont le résultat d’une évolution historique et demeurent au cœur d’enjeux politiques majeurs un peu partout dans le monde. Leur « mise en marque » est dangereuse parce qu’elle peut d’une part, réveiller des rancœurs historiques enfouies, et d’autre part, exacerber des identités meurtrières. La « fierté territoriale » exhibée par les uns n’est pas toujours appréciée par les autres. Si la mise en marque des territoires est sous-tendue par une représentation nationaliste, elle est sûrement condamnable. En revanche, si l’objectif est de donner une identité consensuelle d’un territoire particulier, elle peut être un instrument de promotion de la paix et du dialogue entre les peuples. Mais il faut faire attention aux clichés et aux préjugés!

(Voir Guidere M. et Howard N, The Clash of Perception, Washington: CADS Press, 2006. La Communication multilingue, Paris/Bruxelles, De Boeck, 2008, pp.101-102, Irak in translation, Jacob-Duvernet, 2008)





La Fabrique urbaine de Toulouse vs le Grand Paris

21 05 2009

Image 2Les projets architecturaux qui ont lancé le Grand Paris auprès du grand public nous projettent dans la ville du futur. Mais cette ville sera-t-elle réellement une ville à vivre ? C’est la question que se posent les architectes de la fabrique urbaine qui planchent sur Toulouse 2030. Cités dans un article de la Dépêche, ils revendiquent une autre approche que celle des architectes du Grand Paris. Pour eux, il faut d’abord réfléchir à la ville que l’on veut et ensuite traduire ces aspirations en projet.
« Le Grand Paris dessine la ville de l’avenir en faisant plancher des équipes sur des projets, la fabrique urbaine c’est plutôt définir la ville qu’on veut avant de d’évoquer les projets », constate l’architecte toulousaine Catherine Roi, qui participe aux travaux de la commission mise en place à l’initiative de la présidente de l’ordre régional des architectes, Marie-Martine Lissarrague, pour contribuer à la Fabrique.
Une critique qui n’est pas vraiment justifiée à notre sens, les grands projets pour Paris présentés étant avant tout des réflexions sur ce que pourrait être une métropole de l’après Kyoto et comment cela pourrait se traduire concrètement pour la capitale parisienne. Les projets proposés ne sont pas simplement urbanistiques, ils synthétisent une réflexion large et riche sur la ville de demain. Et surtout, ce n’est qu’une première étape dans la mise en route du Grand Paris. L’appropriation par les habitants, via des réunions publiques d’information, des débats sera l’étape suivante. Cette dimension a d’ailleurs déjà été travaillée sur le terrain par d’autres organisations moins médiatisées, telle « Paris Métropole », à l’origine de la conférence métropolitaine qui donne aujourd’hui naissance à syndicat d’étude mixte.

NB : L’accès aux travaux de la Fabrique urbaine sont réservés aujourd’hui aux professionnels !





Quel modèle de gouvernance pour le « Grand Paris » ?

17 05 2009

gouvernanceRefus d’obstacle
Cette question, très stratégique et éminemment politique, centrale pour l’avenir du Grand Paris a du mal à être tranchée. Lors de son discours pour l’inauguration de l’exposition « Grand Paris » le 29 Avril, à la cité de l’Architecture et du Patrimoine, le président de la République a d’ailleurs pris soin de reporter cette question.

Les projets avant la stratégie de marque ?
Pour Christian Blanc, porteur du projet du Grand Paris de la majorité, « le concept de métropole urbaine est très intéressant, la réflexion sur l’urbanisme prend un tour tout à fait nouveau. Il ne faut pas mettre la gouvernance avant les projets ». Mireille Ferri, vice-présidente du conseil régional d’Ile-de-France plaide pour une « conduite de projets » : « une forme de gouvernances éphémères, de huit, douze, quinze ans, selon la durée des projets ». Pour elle, « il ne faut pas laisser polluer le débat en raisonnant toujours en termes d’institutions pérennes »
Une vision de gouvernance métropolitaine « éclatée » qui pause la question de la transversalité entre ces projets ? Renouveler et renforcer l’image de marque de Paris suppose une cohérence à tous les niveaux d’énonciation de la métropole.

Le syndicat d’étude mixte Paris Métropole, qui réunit pour le moment 87 collectivités territoriales de la région capitale, pourrait être une réponse à cette problématique. Sa création a été signé le 30 Avril par les préfets de Paris et de la région Ile-de-France.. Sa séance d’installation se déroulera en juin à Clichy-sous-Bois. Cette première séance du comité syndical portera sur l’élection du bureau de Paris Métropole, de son président et de ses vice-présidents, ainsi que sur son calendrier de travail.





Journée d’étude Paris Métropole au Celsa

15 05 2009

Invitation journée d'étude Paris Métropole

N’hésitez pas à venir nous rencontrer à l’occasion de cette journée d’étude. Nous vous présenterons nos travaux et nos préconisations pour la marque Paris Métropole.





Le Grand Paris : 10 architectes présentent leur projet

7 05 2009

Vidéo CAP 24. Présentation des 10 cabinets d’architectes au CES le 11 mars dernier.

– Atelier Castro Denissof Casi : une capitale poétique pour le monde
– Groupe Descartes, Yves Lion : 20 villes durables
– Des tours et des terrasses pour le trio Jean Nouvel, Jean-Marie Dutilheul, Michel Cantal-Dupart
– Antoine Grumbach : une vallée de la Seine, de Paris au Havre
– MVRDV avec ACS + AAF : Compacter Paris
– Studio O9 : Une ville poreuse
– Lin Finn Geipel : un laboratoire de l’après-Kyoto
– AUC, Djamel Klouche : repenser un modèle concentrique
– Atelier Christian de Portzamparc : un train aérien
– Rogers Stirk Harbour & partners : une métropole «polycentrique»

Pour en savoir plus, lien vers un article du Figaro qui revient sur le travail des 10 architectes

Nous allons visiter l’expo ce we, nous vous donnerons notre opinion !